"Transfert" (haha!) du blog de Loosequeen

2 Commentaires

Pèlerinage pmesque.

Le clou d’Eugénie

Poster un commentaire

Voilà, nous sommes de retour. Encore un peu là-bas, pas tout à fait ici, je visionne les photos de ces endroits inédits qui ont été un peu "chez nous" pendant quelques temps. Certains moments me reviennent particulièrement en mémoire. Des rencontres, des sourires, des découvertes.

Parmi elles, on l’aura compris, les médecines ancestrales, à Bali, au Sri Lanka, en Corée, m’ont une fois de plus interpellée. Chaque fois, j’essayais d’y voir les applications possibles en obstétrique. J’ai trouvé quelques petites merveilles.

Le Clou de Girofle

Nous avons vu des girofliers en Indonésie et au Sri Lanka, mais ils poussent aussi en Inde, au Pakistan et à Madagascar. Souvent associé aux algies dentaires, le clou de girofle n’est pas particulièrement apprécié dans nos contrées. Pourtant, son nom latin, Eugenia caryophyllus fait allusion à Sainte Eugénie, une des patronnes des sages femmes (1). ("Eu-génie" signifiant "bien née", on reste dans la thématique). Et, ce qu’on appelle "clou de girofle", c’est le bouton floral non éclos du giroflier; raison pour laquelle il est dit qu’il symbolise la naissance et l’être en devenirPeut-être vaut-il le coup qu’on s’y attarde un peu….

Clou de Girofle

Clou de Girofle (Photo credit: JuanChristophe)

L’huile essentielle de clous de girofle accompagne merveilleusement bien l’accouchement. En effet, en plus d’avoir une forte action antalgique et anesthésiante, comme nous le confirmeront nos amis dentistes, cette huile essentielle favorise les contractions utérines. On comprend pourquoi il s’agit de la bannir pendant la grossesse, en dehors du 9ème mois. En association avec l’huile essentielle de Palmarosa, elles forment par contre un duo incontournable des salles d’accouchement.

Ses propriétés sont impressionnantes:

Anti-bactérien à large spectre, Anti-viral, Anti-fongique, Anti-parasitaire, Antiseptique, Neurostimulant, Utérotonique, Hypertenseur, Cautérisant cutanée et pulpaire, Anesthésiant, Stimulant immunitaire, Stomachique ( facilite la digestion) et carminatif (favorise l’expulsion des gaz).

(Toutes ces propriétés sont de plus en plus éprouvées par des études scientifiques. Pour les curieux, Pubmed, site qui recense le plupart des études médicales publiées, c’est par là.)

Ainsi, on retrouve souvent la présence de clou de girofle dans des recettes traditionnelles de sages-femmes, en Asie du sud-est, en Inde et au Sri Lanka et en Chine également. Très énergétique, il fait partie de la pharmacopée des médecines ayurvédique et traditionnelle chinoise. En MTC, il s’appelle  ding xiang; il est associé aux méridiens de l’Estomac, de la Rate et du Rein. (Chinesemedecinewiki). On l’utilise pour traiter les déficits en énergie yang, notamment les Vides de Yang de Rate, pour "chauffer le réchauffeur moyen", c’est-à-dire pour apporter du yang, de la chaleur, dans la partie médiane du corps. Plante très active et très réchauffante, donc, on évite de l’utiliser si la personne a déjà beaucoup de Feu. C’est le cas des personnes avec un déséquilibre Pitta, en médecine ayurvédique. (Faire le test des doshas.)

Ding Xiang: Giroflier tel qu’il est utilisé en médecine traditionnelle chinoise. (tcm.health-info.org)

Intuitivement, je l’associais souvent à la cannelle et j’ai eu la surprise de découvrir que les deux possédait une forte teneur en eugénol (70 à 85%) qui leur confère une très forte note aromatique et des propriétés similaires…Mais…

(…) contrairement à la Cannelle de nature yang (masculine), la Girofle est de nature Yin (féminine) et sera privilégiée dans les périodes de grands bouleversements féminins, accouchements, ménopause… Blog

C’est pas beau, ça?

Quelques exemples d’utilisations du Clou de Girofle en obstétrique:

HE= huile essentielle

HV= huile végétale (toujours privilégier une huile 1ère pression, extraite à froid et bio de préférence)

Pour favoriser le déclenchement des contractions en cas de grossesse prolongée (soit à partir de 41 semaines d’aménorrhée) ou renforcer les contractions pendant le travail, d’après le Dr D. Baudoux:

HE Thym à saturoïdes : 0.5 ml

HE Clou de girofle : 1 ml

HE Palmarosa : 2 ml

HE Néroli : 0.5 ml

HV Noisette : complément à 15 ml

Grossesse prolongée: 6 à 8 gouttes dans le bas du dos (région sacrée) 3 fois par jour et 3 gouttes matin et soir en sublingual jusqu’au déclenchement des contractions.

Renforcement des contractions pendant le travail : 6 à 8 gouttes dans le bas du dos (région sacrée) toutes les 30 minutes jusqu’à délivrance.

En version plus simple, sans le Néroli ni le Thym:

HE Palmarosa 9 ml

HE Clou de girofle 1 ml

HV Noisette ou Sésame  10 ml

- pendant la période de travail en vue de l’accélérer : 10 gouttes au niveau du sacrum en massage toutes les 10 à 15 minutes

- pour essayer de déclencher les contractions au terme de la grossesse : 15 gouttes au niveau du sacrum trois fois par jour

Je me rappelle aussi cette femme, d’origine marocaine, qui m’a raconté comment sa grand-mère sage-femme préparait la fin de la grossesse de ses patientes: elle faisait macérer "une poignée" de clous de girofle dans une bouteille d’huile d’argan et en massait les dos des femmes en fin de grossesse et pendant le travail. "Comme ça", m’a-t-elle dit, confiante, "pas de douleur". Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de lui demander son témoignage après son accouchement à elle…

Le massage du périnée, effectué dès 34-35 semaines d’aménorrhée, peut être fait avec une formule maison:

HE Mandarine jaune : 0.3 ml

HE Clou de girofle : 0.3 ml

HE Lavande fine : 0.5 ml

HE Estragon : 1 ml

HE Camomille romaine : 1 ml

HV Millepertuis : complément à 30 ml (très forte action cicatrisante du millepertuis, mais elle peut être remplacée par de l’huile d’amande douce bio)

4 à 5 gouttes , localement sur le périnée 2 à 3 fois par jour, dès la 36ème semaine.

Un guide de massage du périnée de Weleda en format PDF, c’est par là. Mais pas besoin d’avoir LEUR huile de massage du périnée…

Traditionnellement, dans l’archipel indonésien des Moluques, on plante un giroflier à chaque naissance; la bonne croissance de l’arbre est signe de bon augure pour l’enfant.

Enfin, pour aller plus loin et réfléchir à l’action psychique de ce Clou si puissant, on peut imaginer qu’il favorise également le passage à l’acte en général, qu’il invite à sortir du cercle vicieux de la procrastination.

En femme sage, l’huile essentielle de Girofle développe et améliore la force intérieure et la vision. Elle nous invite à l’action concrète et nous apporte sa force vitale pour nous faire passer à l’acte, nous faire sortir du labyrinthe des peurs et des doutes, nous faire accoucher de nous-même. Blog 

 

Important! Mises en garde:

- L’usage interne de l’huile essentielle de clou de girofle est réservée au thérapeute. En usage externe, elle doit être diluée au maximum à 20% dans une huile végétale. Pour tout usage thérapeutique des huiles essentielles, consultez un médecin, une sage-femme ou un pharmacien formé en aromathérapie.

- Pendant la grossesse, il convient plus que jamais de ne pas pratiquer d’auto-médication, y compris avec des huiles essentielles ou de la phytothérapie, qui, n’en déplaise à certains, peuvent être très actives. Les indications données ici ne dispensent en aucun cas de demander conseil et avis à son consultant (sage-femme, gynécologue ou médecin généraliste).

- En dehors du 9ème mois, l’huile essentielle de clou de girofle est déconseillée aux femmes enceintes; elle l’est aussi pendant l’allaitement au sein et pour les enfants de moins de 6 ans.

(1) Avec Marguerite, Ségolène, Raymond Nonnat, Damien et Liberata selon les sources…

(2) L’eugénol est d’ailleurs le composant responsable des allergies au clou de girofle:

Un composé naturel contenu dans cette huile essentielle peut présenter un risque d’allergie chez certaines personnes sensibles lorsque l’huile essentielle est incorporée dans une composition cosmétique (selon le 7ème Amendement de la Directive Européenne relative aux produits cosmétiques (2003/15/CE)): eugénol.
En règle générale, faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser. (Aroma-zone.)

Il est interdit d’interdire, non?

2 Commentaires

Dernière étape de notre petit tour asiatique, Singapour. On n’était pas particulièrement réjouis d’y venir, au départ. D’abord, parce que ça sent la fin du voyage. (J-5…) Ensuite, parce qu’après avoir fait ce merveilleux pays qu’est le Cambodge, Singapour nous apparaissait comme un monstre ultra-urbain à mille têtes.

Et finalement…au premier abord, l’endroit m’a séduite! Ca reste un des "dragons asiatiques" avec tout ce que ça comprend de buildings démesurés et de femmes habillées en Prada-Chanel-Missoni à tous les coins de rues. J’ai remarqué d’ailleurs que, elles, elles ne s’habillent pas en survêt avec leur sac griffé…toute leur garde-robe est assortie, hein. Ben quoi, c’est normal, d’avoir 10 000 dollars de fringues sur soi, non?

Mais ce qui est assez agréable et surprenant, en fait, c’est l’ordre. La propreté. Le sentiment de sécurité. Au départ, c’est hyper confortable:

- On se surprend à marcher sur des trottoirs sans regarder à chaque pas où l’on met les pieds. Bon, de ce côté-là, notre référentiel part de loin: marcher sur des trottoirs nous paraît déjà merveilleux. (Une belle invention, le trottoir, faudra que je pense à remercier M. ou Mme Trottoir).

- On se surprend à remarquer que tout est propre. Tout. On pourrait manger par terre. Ou juste marcher pieds nus? (Nan, en fait, il fait trop chaud pour ça…je sais, je sais, vous allez me dire: "t’inquiète, dans 5 jours, tu rêveras d’après-ski").

- On se surprend à se balader la nuit dans des ruelles (un peu plus) sombres et ben, même pas peur. Singapour est en effet le pays où le taux de criminalité est le plus bas: pas facile de faire mieux, il est proche de 0. Zé-ro. Oui, c’est possible.

Mais où est l’ovaire dans le potage, alors? Là, justement. C’est trop propre, trop bien rangé, trop calme. Et oui, car, pour en arriver là, ils ont un peu serré la vis: tout est interdit. Ou presque. Ou passible de la peine de mort. Des centaines de panneaux noirs et blanc barrés de rouge nous le rappellent partout. Avec, nouveauté, le montant de l’amende en cas de contrevenant. Dissuasif, visiblement. Il est donc, entre autres, interdit:

- de fumer. Ca, ce n’est pas moi qui m’en plaindrait. Plus à subir les cigarettes toxiques que j’ai choisi de ne pas consommer. Mais là, ils vont loin. Non seulement la rue est le seul endroit autorisé, mais attention au mégot: interdit de le jeter ailleurs que dans un cendrier. (En même temps, ça paraît évident).

Oui, dans le quartier malais, les bars à shisha pullulent; j’adore l’odeur dans la rue et le charme oriental de ces endroits.

- de manger et de boire dans le métro. Au moins c’est clair. Autant au Japon, il te font comprendre que c’est mal poli, autant ici, c’est interdit.

- de manger du chewing-gum. D’ailleurs d’acheter du chewing-gum. D’ailleurs, de vendre du chewing-gum. (Mais si l’envie te prend de faire du trafic avec Batam, l’île indonésienne à un jet de ferry, sache-le.) De toute façon, le chewing-gum, c’est du pétrole, alors.

(Sinon, y’a un chewing-gum biodégradable…on leur a dit, à Singapour?)

- de traverser en dehors des passages cloutés. Au départ, je ne comprenais même pas le pannonceau: interdit de marcher dans la rue?? (Plus rien ne m’étonne,…) En fait, c’est interdit de traverser en dehors des passages cloutés. Mais vraiment, interdit. D’ailleurs, ils ont construit des passages souterrains un peu partout pour éviter de se faire découper en morceaux en traversant (rien à voir avec le trafic parisien, ici…)

- Ca doit être pour la même raison que c’est interdit de faire du vélo! Enfin, dans la plupart des rues, à fort trafic, donc. Au moins, tu ne risques pas la queue de poisson de ce pù%t@!" de taxi avec ton Vélib’.  (pour info, 1000 dollars singapouriens c’est quand même 660€!)

- Allez, un dernier pour la route, il est interdit d’uriner. Dans la rue. Enfin, je crois. (Tu remarqueras que ça coûte moins cher de se faire prendre en train de soulager sa vessie que de vouloir être écolo en allant au boulot à vélo).

Bref, tout ça me perturbe. A la fois, c’est visiblement efficace. A la fois, ça doit être énervant de toujours réfléchir avant de faire un truc, y compris soulager un besoin fondamental…après manger et boire, dormir est aussi interdit en public!

Attends…j’ai le droit de critiquer, d’ailleurs? Merde…je crois que je vais peut-être rester à Singapour. En prison.

Mottainai! 勿体無い!

Poster un commentaire

De ouate? Mottainai! ou 勿体無い! ou もったいない!  en japonais, signifie "Quel gâchis!".

Super Mottainai!

 

Mais Mottainai ne représente pas seulement l’ignoble gâchis alimentaire. Mottanai est un état d’esprit empreint d‘humilité, de respect, de gratitude et de regret devant des ressources ou du temps gaspillés. Oui, tout ça dans un seul mot…la langue japonaise m’étonnera toujours. Les japonais l’utilisent comme exclamation pour déplorer un gâchis alimentaire, matériel, mais aussi une perte de temps ou des compétences mal exploitées. C’est une notion profondément intégrée dans la culture nippone, à tous les niveaux de vie.

Pour mieux comprendre cette notion, plusieurs exemples:

- Morita, co-fondateur de Sony, raconte dans son autobiographie qu’"un des ses amis" habitant New York, ne s’est jamais résolu à jeter les 50 suppléments de week-end du New York Times (50??? mais pour quoi faire???); il accumulait donc des kilos de papier, semaine après semaine, dans son appartement, pour ne pas gâcher…Très Mottainai.

- Les japonais sont très forts pour optimiser l’espace, qui leur manque cruellement. Rappelons que, de tout notre voyage, c’est le seul endroit où nous avons eu la chance d’occuper des chambres "semi-doubles" ou "presque-doubles" (sic). Mais les chambres d’hotel sont tellement bien organisées, tout est tellement bien pensé, que le manque d’espace ne se fait finalement pas (trop) sentir. Optimisation de l’espace, Mottainai.

- Il est par exemple impensable, ou en tous cas très mal vu, de se reconvertir dans une voie moins lucrative que celle pour laquelle on a fait des études: typiquement, le jeune qui a fait sont école de commerce réputée (pour plaire à sa mère et à la société) et qui "plaque tout" pour ouvrir son restau de "ramen", c’est super Mottainai…

Mais au-delà de ça, le concept de Mottainai peut expliquer plus largement l’esthétique japonaise, connue pour être si épurée. L’idée de ne pas gaspiller de la matière, d’économiser la matière, d’optimiser les geste. On retrouve ces notions dans:

- l’art de la calligraphie, où chaque trait est mûrement préparé.

- la poésie japonaise, le Haïku: comment tout dire ou plutôt tout suggérer en seulement 17 mores (More: découpe plus fine que les syllabes; l’exemple le plus simple est le mot "nippon": 2 syllabes mais 4 mores: ni-p-po-n.)

"Avec chaque souffle
le papillon se déplace
sur le saule." Bashô

- l’art en général: ils résument l’oeuvre à son noyau le plus élémentaire. Se débarrasser du superflu. Mottainai.

Le concept a fortement inspiré le Pr. Wangari Maathai (1940-2011), cette femme kenyane, fondatrice du parti écolo au Kenya et récompensée par le Prix Nobel de la Paix en 2004. Son livre, "Unbowed" ou "Celle qui plante des arbres" raconte comment elle s’est battu contre la déforestation dans son pays (jusqu’à en être emprisonnée). Invitée en 2005 à Kyoto, lors du rassemblement pour le "protocole de Kyoto", elle a découvert l’existence de ce mot japonais et de tout ce qu’il sous-entend et a décidé d’en faire un leitmotiv dans son engagement écologique.

Le site de la "Mottanai Campaign" est . Je l’avais découvert parce qu’ils vendent…des furoshiki, oui, oui!!

Wangari Maathai plante un arbre à Nagakute au Japon…pas besoin de le dire, les peluches "kawai" nous auront aidés à deviner!

Mottainai, c’est aussi le 3R: Reduce, Reuse, Recycle, soit: Réduire, Réutiliser, Recycler.

Un principe dont nous pouvons tous nous inspirer…

Merci au site Kichigai ("fou" en japonais!)

Accoucher à la mode d’Edo

Poster un commentaire

Il y a des sujets qui reviennent sans que tu l’aies décidé; ou pas vraiment. Je suis tombée hier sur cet article d’Aujourd’hui le Japon: "Les naissances "naturelles" du Docteur Yoshimura", basé sur le documentaire de France 5, "Naître au Japon".

 

Vidéo

 

Je t’encourage grandement à regarder cette vidéo de 14 minutes. C’est une première approche du travail du Dr Yoshimura Tadashi, gynécologue japonais de 78 ans, qui accompagnent des femmes enceintes dans sa maison de naissances à Okasaki, dans la banlieue de Nagoya. A la fin de leur grossesse, les femmes viennent habiter dans cette vieille maison et vivent comme à l’époque Edo (1600-1868)…Elles accouchent de façon naturelle.

Mais si tu as vu "Le Premier Cri" (2006) de Gilles de Maistre, ça te rappelle sûrement Yukiko; car c’est dans cette même maison de naissances que se déroule le mini-reportage.

Yukiko accouche près de son mari et sa fille de 3 ans

Enfin, si tu as vu, mais ce serait plus étonnant, Genpin (2010), de Naomi Kawase, rebelote, le reportage se déroule aussi dans cette maison de naissances.

Affiche de Genpin,        Naomi Kawase

 

Bande-annonce de Genpin

 

Naomi Kawase, cette réalisatrice japonaise, a déjà à son actif un documentaire "Naissance et maternité" (2006) et une scène d’accouchement très belle dans "Shara"; une scène auto-biographique comme on peut le voir dans "Naissance et Maternité" où elle filme son propre accouchement.

 

Que peux-t-on en dire de cet endroit? Des tas de choses, bien sûr.

D’abord, ce reportage de France 5 est très incomplet à mon sens. Présenté comme il l’est, il constitue une magnifique occasion de rejeter en bloc les maisons de naissances et l’accompagnement non-hypermédicalisé de la grossesse et l’accouchement et de faire passer les gens qui les défendent pour des illuminés.

 

Le Dr Tadashi Yoshimura, gynécologue japonais de 78 ans, donc, accompagne depuis 45 ans des femmes enceintes pour leur permettre de retrouver "leur capacité à enfanter". Son postulat est simple: la médicalisation de l’accouchement crée des complications,  alors accouchons de façon la plus naturelle possible, ça ira mieux.  Les femmes savent accoucher. Bon.

 

Bien sûr, c’est très criticable. D’aucuns diront immédiatement que la médicalisation a sauvé et continue aussi de sauver des vies; des vies de femmes, d’enfants. Et ils auraient évidemment raison. Comment ne pas être d’accord avec ça?

D’autres diront que faire couper du bois et priver les femmes d’eau courante et d’électricité, c’est ridicule et archaïque; voire dangereux. Je dis qu’il pousse le bouchon un peu loin avec son "mode de vie à la samouraï"; mais qu’il faut peut-être regarder un tout petit peu plus loin que le bout de son nez. Bouger pendant la grossesse, c’est possible, si tout va bien. Chez nous, on dit aux femmes de bien se reposer pendant toute la grossesse et surtout, au 9ème mois, de bien bouger, maintenant, faut y aller, ma p’tite dame! Facile, de monter les escaliers 4 à 4 à 38 semaines quand on a été allitée toute la grossesse, non?…

Chez M. Yoshimura, ces femmes sont suivies, examinées (sans toucher vaginal, tout de même, mais rappelons que les anglais n’en font pas non plus et ont des meilleurs chiffres de prématurité qu’en France). Elles ne sont donc, comme dans toute maison de naissances, suivies et accompagnées pour l’accouchement que si tout va bien. Sinon, elles sont réorientées en cours de route. Il a beau paraître illuminé comme ça, il n’est pas fou non plus.

Par ailleurs, leur façon de couper du bois est très intéressante: elles mobilisent leur bassin sans abîmer leur dos, font travailler leur périnée, favorisent des contractions en levant les bras en l’air (cf. le lavage de carreaux par chez nous) et favorisent un bon retour veineux par ces mouvements de flexions. Magnifique, la coupe du bois!! (C’est une idée pour les cours de prépa, non?!)

Coupons du bois!

 

L’idée de vivre en communauté dans le dernier mois de le grossesse est elle aussi très intéressante. C’est une pratique assez fréquente au Japon, de retourner vivre chez sa mère à la fin de sa grossesse.

La première particularité est ce qu’on appelle en japonais le "Satagaeri", en français, le retour à la maison. Quelques mois avant l’accouchement, il est fréquent que la future maman retourne chez ses parents pour accoucher dans sa ville natale. C’est parce qu’au Japon, traditionnellement, la mère de la future maman s’occupe de sa fille à la fin de sa grossesse et du bébé lors de son arrivée. Article d’une japonaise vivant au Québec sur l’accouchement au Japon – 2006.

 

Quand on voit toutes ces femmes seules, voire très isolées pendant la grossesse, parfois loin d’un quelconque entourage maternel ou féminin, quand on sait que la majorité des japonaises vivent dans des villes de plus d’un million d’habitants, je comprend cette envie. Cuisiner ensemble, vivre ensemble, ça construit, ça soutient.

 

Mais je ne comprend pas le manque de place faite au père…cet homme qui nous répond qu’il ne "peut rien faire pour aider (sa) femme" à part "travailler pour gagner (leur) vie"…J’ai envie de le prendre dans mes bras et de lui faire un gros câlin. Quelle tristesse!! Mais bien sûr qu’il peut "faire des choses" pour aider sa femme!! Je peux lui expliquer, s’il veut!! Et puis parfois être vaut mieux que faire

Alors, M. Yoshimura, s’il-vous-plaît, je sais qu’à votre époque, pourtant un peu plus récent que celle d’Edo, les pères n’avaient pas le droit de rentrer en salle de naissances, et qu’aujourd’hui encore, il n’est pas courant que le père soit là, mais certaines évolutions sont peut-être nécessaires…

(Et parmi ces évolutions,  je ne parle pas de la "perfusion pour accélérer le travail"…on m’aura comprise.)

 

Alors, oui, il va un peu loin, le petit père Yoshimura.

-"On ne devient une vraie femme qu’en accouchant." Merci bien, je vais pleurer, je reviens.

- "De nos jours, on mange trop et on ne travaille pas assez." Pour rappel, il est japonais; si eux ne travaillent pas assez, je ne sais pas ce qu’il lui faut…

- "Le monde de l’obstétrique condamne la mort d’une femme ou d’un nouveau-né. Ils ont tort; s’il y a la vie, c’est parce qu’il y a la mort." Euh… oui. C’est difficile à intégrer sans avoir une vision bouddhiste de la vie. Donner la vie, c’est donner la mort. Le cycle de la vie et de la mort. Certes.

-"Une femme peut ne pas aimer son enfant si elle ne l’a pas senti naître." j’ai mon avis sur la question, en tant que sage-femme. La phrase est choquante. Mais c’est une question complexe, qui peut apparaître très culpabilisante et qui nécessite un long développement.

 

Mais, si l’on veut bien enlever ses oeillères, il a l’avantage de faire réfléchir, ce cher Yoshimura. A chacune et chacun de se faire son avis.

 

Pour aller plus loin: l’article traduit sur la naissance au Japon, de Wikipedia.

 

 

Viscose de bambou: l’arnaque écologique

7 Commentaires

Rooh, la déception. Comme beaucoup, je pensais que la viscose de bambou, c’était chouette et écolo. Ben nan. C’est la manipulation du consommateur.

Pourquoi l’étiquette séduit-elle, au départ? Parce que le bambou est vendu comme une plante hyper écolo:

Cultivé sans engrais ni pesticide, il absorbe une grande quantité de gaz à effet de serre, produit davantage d’oxygène qu’un  arbre et réclame quatre fois moins d’eau qu’une culture de coton traditionnelle. Par ailleurs, ses racines, profondes empêchent l’érosion du sol. Cerise économique sur le gâteau : la plante pousse très vite, jusqu’à un mètre par jour. Julia Tissier, Libération, 2008.

Ca en jette, vu comme ça. A bas le coton, vive le bambou; reviendez, les norang-utans, on arrête de déforester, on va juste nettoyer les bambouseraies. Voui, donc problème numéro uno: ce ne sont plus les orang-utans qu’on affame, ce sont les pandas. Tout est question de savoir lequel tu préfères, en fait.

 

En raison de la déforestation, la moitié des espèces de bambous est déjà considérée comme menacée à travers le monde. Le Monde 12/11/2012.

L’article rajoute qu’en plus des élagages de bambous, le réchauffement climatique va probablement entraîner une disparition d’au moins 3 espèces de bambou, très sensibles aux conditions climatiques. Pas de bol, il s’agit des 3 espèces dont se nourrit principalement nos amis les pandas-tout-mignons.

Bon, donc tuer des bambous, ça n’a pas l’air terrible. Sauf si on le fait dans des bambouseraies contrôlées; or, la plupart des fibres de bambous utilisées dans l’industrie textile notamment est issue de déforestation illégale de bambouseraies sauvages. Ben voyons.

Pour en rajouter, la viscose de bambou est bien sûr fabriquée à partir de bambou. Mais c’est une fibre transformée chimiquement. Avec des tas de produits toxiques extrêmement polluants:

Procédé de fabrication de la viscose de bambou:

La matière première utilisée est la cellulose présente dans la pulpe des végétaux: on peut utiliser celle de l’eucalyptus, .

1.    Elle est dissoute dans de la soude caustique afin de faire gonfler la cellulose et écarter les fibres.

2.    Le liquide en excès est éliminé par pressage.

3.    La cellulose est ensuite dépolymérisée.

4.    On ajoute du disulfure de carbone (CS2) pour que la cellulose devienne soluble: la cellulose se transforme en xanthate de cellulose.

5.    Elle est ensuite dissoute dans de l’hydroxyde de sodium dilué afin d’obtenir un liquide visqueux appelé viscose.

6.    La viscose est ensuite filtrée puis extrudée à travers une filière (c’est une plaque percée de trous minuscules) et amenée dans un bain contenant de l’acide sulfurique (H2SO4) : elle forme alors des fils continus.

Or, le disulfure de carbone est une horreur:

Le solvant utilisé est le disulfure de carbone, un produit chimique très toxique
connu pour ses risques de perturbation sur la reproduction humaine. Il peut compromettre la santé des ouvriers dans les usines et est une source de pollution pour l’air et l’eau. Moins de la moitié de ce solvant est récupéré par les usines fabriquant de la viscose, ce qui implique que l’autre moitié est rejetée dans la nature. Patagonia

Voilà, en résumé, la viscose de bambou, qui est tout simplement une viscose tout court, ça paraît bien mais en réalité, c’est-le-mal.

Alos, quelle est l’alternative? Une seule aujourd’hui: le lyocell, commercialisé sous plusieurs noms dont la plus connue: Tencel*. Là, c’est du bambou, mais on ne coupe pas le bambou, on le pèle seulement. Tencel* assure utiliser uniquement des bambous de plantation (pas de déforestation ou enfin, plus maintenant que les plantations sont faites) et la fabrication du lyocell se fait à partir d’un solvant organique non toxique qui est, attention mesdames-z-et-messieurs, réutilisé à 98% à chaque cycle de fabrication!

La production de fibres lyocell s’effectue en circuit quasi-fermé [Figure 4]. Les fibres sont fabriquées à partir d’un mélange de pulpe de bois dissout dans le solvant NMMO à haute température. La solution visqueuse obtenue est filtrée et extrudée par des filières dans un bain de filage aqueux. La cellulose précipite et émerge sous forme de fibres. Ces dernières sont lavées, séchées et enroulées. Le solvant est récupéré dans le bac de rinçage. L’eau est recyclée par distillation (évaporation) des bains de filage et de rinçage. Le solvant est récupéré à plus de 97%. Les très faibles émissions résiduelles sont décomposées dans des installations de purification adaptées. La récupération quasi-complète du solvant représente donc un avantage majeur tant environnemental qu’économique. Mémoire d’école d’ingé 2009.

Et en plus, c’est tout doux aussi…

En dehors du lin, de la laine et du chanvre, ces fibres textiles naturelles et écologiques, d’autres fibres textiles se développent et on risque d’avoir bientôt le choix de ne plus acheter du coton ou de la viscose (sans parler de ces fibres synthétiques issues du pétrole, bierk):

- le Seacell: mélange de lyocell et d’algue

- le Hempcel: mélange de lyocell et de chanvre, autre fibre naturelle écolo.

- le Lenpur: viscose (donc pas terrible) mais à partir de pulpe de pin blanc élagués et non coupés.

- l’ortie: une fibre textile a été fabriquée il y a quelques temps, encore peu développée. Pourtant, en tant que plante vivace, elle ne nécessite aucun polluant…et pas d’engrais, comme on peut s’en douter quand on voit à quelle vitesse elle pousse dans nos jardins!

Seacell

Bref, y’a le choix, alors, faisons le bon.

Et pourtant, nombre de marques dites "bio" ou "écolo" vendent des produits à base de viscose de bambou. C’est vrai dans la mode, mais ça l’est aussi dans la puériculture où le bio se développe à la vitesse de la lumière. Attention donc, la viscose de bambou toute douce et si choupinette, souviens-toi qu’elle tue les pandas et qu’elle est fabriquée avec de la chimie toxique. C’est dit.

Donc, en résumé: non à la viscose (même de bambou), oui au lyocell!

Entrées Précédentes

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 120 followers

%d bloggers like this: