Eoliennes
Photo d’Olivier Tétard

Le 1er juillet 2012 redémarrait le réacteur nucléaire d’Ohi,  le premier des 50 réacteurs du Japon maintenus à l’arrêt depuis plusieurs mois, et ce malgré une mobilisation citoyenne sans précédent. Comment est-ce possible après la catastrophe de Fukushima?

Bien sûr, l’argument est économique. Avant ce jour funeste du 11 mars 2011, 30% de la production d’électricité du Japon était assurée par le nucléaire. Or, pour combler le déficit de production causé par l’arrêt des réacteurs nucléaires, il faut importer du gaz et du pétrole. C’est cher.

Alors, il semblerait que pleins de bonnes âmes aient eu la même bonne idée: et si on se tournait vers les énergies renouvelables?? Ah ben quand même! Aujourd’hui, seuls 2% de la consommation des japonais sont assurés par le solaire, l’éolien, la géothermie et la biomasse. C’est moins que la plupart des pays industrialisés. Le gouvernement japonais a donc fait passer une loi, applicable aussi depuis le 1er juillet.

« Les compagnies d’électricité japonaises sont désormais tenues d’acheter toute l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable (éolien, solaire, biomasse, géothermie) à des prix plus élevés et déterminés par l’Etat. » (Enerzine)

Cela devrait donner envie à de nombreuses entreprises productrices d’énergies renouvelables d’entrer sur le marché japonais. Et en tous cas, il y aurait en ce moment plus de 100 projets de panneaux photo-voltaïques en construction.

Et il serait question de l’ouverture du 1er parc d’éoliennes off-shore en janvier 2013. L’ensemble des entreprises concernées par ce projet disent le faire en bonne entente avec les pêcheurs locaux…

Espérons que les japonais continuent sur ce chemin…Et qu’ils soient suivis par d’autres pays!

Publicités