En regardant mes photos du Japon, je me suis souvenue de ma surprise devant le spectacle inquiétant de certains groupes de mecs au look complètement improbable: les « hosto » (transcription du japonais pour « host » ou « escort boy »).

Comme souvent au Japon, quand on appartient à un groupe, il faut en adopter tous les codes. Donc, quand on est un « hosto », on se doit d’avoir un look très précis:

– costume noir cintré

– chemise blanche

– chaussures noires à bous pointus

– visage imberbe, sourcils épilés

« Hosto »
Baladebeaute.com

– mais surtout…coupe de cheveux démentielle, nécessitant des heures de préparation !! A savoir: teinture rousse ou blonde, coiffure pétard, cheveux savamment lissés avec l’indispensable fer à lisser, et des tonnes de laque et de gel. Pour en arriver là, il existe des salons de coiffures spécialisés dans les  coiffures « hosto »!

 

Ce qui m’interloque complètement, c’est le temps qu’ils consacrent à leur look…et tous les accessoires qu’ils utilisent pour ce faire.

Le meilleur exemple, de loin, le voici, le voilà, attention les yeux, c’est le cas de le dire:

Faux-cils…masculins!!!
baladebeaute.com

Oui, oui, vous avez bien vus, de vos beaux yeux sans faux-cils: ce sont des faux-cils pour les hommes! Ils sont forts, ces japonais…

 

Mais alors, à quoi ça sert, tout ça, me direz-vous? Et bien, à séduire la donzelle. Si, si. Parce que ces messieurs travaillent donc dans des bars à « hosto », ou « kyabakura » (transcription de club et cabaret). Les femmes, riches et âgées ou bien très jeunes et elles-mêmes « hostesses », viennent là pour boire des verres en bonne compagnie. Beaucoup de verres. Comme l' »hosto » reçoit une commission sur les consommations de la cliente, c’est un boulot plutôt bien payé; une soirée coûterait en moyenne 50000 yen, soit 500€ en ce moment!

La plupart du temps, il n’est pas question de sexe dans cette histoire. Mais la cliente a un « hosto » favori, qu’elle revient voir régulièrement, qui l’appelle, lui envoie des mails, lui souhaite un bon anniversaire,…bref, qui fait l’amoureux sans l’être. Ils flirtent beaucoup, sont mielleux à souhait et ont chacun leur truc pour divertir leur cliente: magie, blagues, chansons…Plus c’est « trop mignon », plus ça plaît. Il ne faut surtout pas leur rappeler le mari tyrannique qu’elles retrouvent le soir ou le père aigri et colérique qu’elles ont à la maison. Du miel, du velours et des papillons dans les yeux.

Les bars à « hosto » sont beaucoup plus récents que leur équivalent féminin et la demande est forte. Devenir un « hosto » n’est donc pas très difficile, il suffit d’avoir entre 18 et 25 ans, d’être « beau gosse » (enfin, selon leurs critères, s’entend) et d’avoir un minimum de gouaille.

Ah oui, et d’accepter de passer chaque jour quelques heures devant sa glace…

 

 

 

Pour plus d’infos, on trouve facilement des tas d’articles de blog consacrés aux « hosto », dont celui-ci.

 

Publicités