Déforestation à Bornéo
Photo de Krapo arboricole

Eh oui. Ca fait peur. Vous vous souvenez de la pub avec ce pauvre ours polaire qui n’a plus de banquise pour vivre? On pourrait faire la même avec l’orang-utan et la forêt tropicale. Et bien sûr, ça resterait vrai pour tout un tas d’autres espèces.

Aujourd’hui, nous avons passé la journée avec toutes sortes de singes, menacés par la déforestation à Bornéo; les drôles de nasiques (« proboscis monkey ») et les sympathiques singes argentés au Labuk Bay Proboscis Monkey Sanctuary et mes potes les orang-utans au Sepilok Rehabilitation Center. En malais, orang-utan veut dire « homme de la forêt ».

« Ils sont trop mignons!!! » Voui. Mais ils sont surtout mal barrés. Je ne vais pas vous refaire le coup du doigt dans le Kit-K…chut-chut-pas-de-marque, tout le monde s’en souvient…Non? Roooh, voilà alors la parodie de Greenpeace:

Parodie de Greenpeace

Le problème n’est donc pas nouveau: les industries qui déforestent massivement pour, en gros:

1) obtenir de la pâte à papier

2) planter des palmiers à huile.

Amazonie, Indonésie, Bornéo, Afrique même, depuis peu de temps…

Orang-utan à Sepilok
Photo de Yodod

Alors quelles sont les solutions pour les orang-utan? Plusieurs solutions sur le terrain sont évoquées par les professionnels…:

– réhabiliter des parcelles de forêts existantes et les relier entre elles pour créer une sorte de réseau qui se densifierait

– créer des « green corridors« , des « couloirs écolos » pour favoriser la circulation des orang-utans entre les forêts primitives non protégées où 62% d’entre eux vivent et les réserves protégées. Cette option-là semble assez séduisante et efficace aux scientifiques. Pour cela, il faut planter des arbres pour protéger ces couloirs, larges de 500m autour de la rivière Kinabatangan. Plusieurs projets existent déjà en ce sens.

 

 

Et à notre petit niveau, alors, que faire? Déjà, s’informer. Sur ce que l’on consomme tous les jours. D’où viennent les produits? Comment fonctionnent les marques? C’est évidemment à cause de nous, petits consommateurs, que tout cela est possible. Et ensuite changer ses habitudes. Ah oui, c’est dur. Arrêter l’huile de palme, y’en a qu’ont essayé, c’est pas facile (le blog a fait l’objet d’un article dans le Monde qui l’a mis sur le devant de la scène).

La prise de conscience progressive de la population et les victoires obtenues régulièrement sont encourageantes. Ainsi, sous la pression associative et populaire, plusieurs grandes marques ont arrêté d’utiliser de l’huile de palme de Sinar Mas, 1er producteur d’huile de palme en Indonésie, comme Burger King. Et pour revenir dessus, Nestlé s’était aussi engagée à arrêter d’utiliser cette même huile de palme d’ici 2015, à la suite de la sus-citée parodie…D’autres ont arrêté d’utiliser le papier produit par APP (Asian Pulp and Paper), filiale du géant Sinar Mas: Danone, Mattel, Lego, Nestlé, Adidas…

Mais tout n’est pas gagné, puisque Sinar mar a annoncé en mars 2012 qu’elle consacrait 500 millions de dollars à augmenter la taille de ses plantations cette année…

Plantation de palmier à huile
Credit photo worldand trust

Alors restons critiques, curieux, mobilisés.

Ah oui, sinon, après la môle, vous pouvez adopter un bébé orang-utan! Non?

Adoptez Chikita!
Orang utan Appeal UK

Publicités