Parce que la société japonaise me passionne, parce que j’ai dévoré le livre de Muriel Jolivet, Homo Japonicus, et parce que même pour bloguer, j’aime le recyclage, voici un petit article sur un phénomène sociétal intéressant, dont les médias ont fait leur chou gras en 2009: les hommes-herbivores. Ça donne envie.

Le terme, « hommes-herbivores », soushoku danshi (草食男子) a été utilisé la première fois par une journaliste japonaise en 2006, Maki Fukusawa. Je vous rassure, l’intérêt de les découvrir aujourd’hui est d’autant plus grand que le phénomène se confirme et même s’amplifie.

Pourquoi « herbivores »? L’explication de la journaliste est assez drôle:

«En japonais, explique-t-elle, le caractère utilisé pour décrire l’acte sexuel ressemble à celui qui veut dire “manger de la viande”. Je me suis aperçue que beaucoup de jeunes Japonais ne sont plus des “carnivores”.» Le Figaro

L’expression reflète donc une réalité empirique, mais aussi statistique.

La société de conseil Media Shakers, filiale de la plus grande agence de pub nippone, Dentsu, estime que 60 % des hommes de 20 à 22 ans, et au moins 42% des hommes de 23 à 34 ans, se considèrent comme des « mangeurs d’herbe »; une enquête réalisée par l’agence de rencontres Partner Agent a établi que 61 % des hommes célibataires d’une trentaine d’années se déclaraient herbivores ; et sur les 1 000 célibataires de 20 à 30 ans interrogés par la compagnie d’assurance Lifenet, 75  % se décrivaient comme des soushoku danshi. Slate

C’est énorme!! Et tous les chiffres que j’ai trouvés montrent que la tendance s’accentue.

No sex

Alors de quoi parle-t-on exactement? De jeunes hommes dont le profil est le suivant:

– vit chez ses parents

– passe son temps sur internet

– n’est pas carriériste; a peu d’intérêt pour les études, au grand dam de sa mère, et donc peu d’ambition professionnelle

– n’a aucune attirance pour le sexe ou même les relations amoureuses; pas non plus pour le mariage et donc encore moins les enfants. Rappelons qu’au Japon, les enfants nés hors mariage sont une réelle exception. On parle d’ailleurs de « dekichatta-kon » (mariage « oulala c’est arrivé », c’est a dire ceremonie en urgence pour officialiser la chose avant la naissance). Phénomène vieux comme le monde; sauf que là, on est dans la 3ème puissance mondiale en 2012. Bref…

Il existe une expression japonaise pour les décrire: « peuvent voyager seuls avec une femme et dormir dans la même chambre sans rien tenter »

– « metrosexuel »: comme les « hosto« , passe un temps fou dans sa salle de bains et se ruine en cosmétiques, manucures, coiffeur…voire maquillage! (souvenez-vous des faux-cils pour hommes!!)

Herbivore

– très sensible, s’adonne à des loisirs dits « non virils »: la cuisine, le jardinage, par exemple. Je tiens à préciser tout de suite que cette description me fait sortir les yeux de la tête!!!

– et surtout, est « indifférent aux valeurs consuméristes traditionnelles (voitures? meh) », nous dit Tomtomtokyo.

Au total, des jeunes hommes sensibles, dont le côté féminin s’affiche sans scrupule. Maki Fukasawa nous précise:«Ils ne sont pas homosexuels. Simplement, ils ne veulent pas ressembler à leurs pères. Ils ne sont pas machos, ils ne veulent plus se tuer au travail, ni consommer, et prennent souvent des jobs intéri­maires par choix.» Ils veulent donc éviter de devenir froids, distants et surinvestis dans leur travail comme leurs pères.

Tamiyo Shiroya, une sociologue japonaise, nous donnne quelques explications:

Les explications concernant la génération herbivore sont nombreuses, et la vérité est probablement au milieu: diversification des modèles masculins, confusianisme, retour vers un mode de vie plus harmonieux, égalité de plus en plus poussée dans le monde du travail qui distribue mieux le poids des responsabilités entre hommes et femmes, baisse de la natalité, opposition au modèle occidental de développement économique sans fin… Il ne faut pas oublier que le système économique qui justifiait le surinvestissement au travail des hommes, le salariat à vie, est devenu une exception: dans une Asie où les jeunes n’ont plus forcément les moyens d’être des consommateurs, les priorités changent. Minorités.org

Le problème, c’est que la tendance exactement inverse est en train de se développer chez les femmes; on les appelle du coup des « carnivores« . De plus en plus indépendantes, et pourtant, il y a encore du boulot dans un pays aussi macho que le Japon, elles prennent le taureau par les cornes et affirment de plus en plus leurs désirs: ne pas se marier, privilégier leur carrière, voire  » croquer la vie à pleines dents » et multiplier les partenaires. Un article de Libé très bien fait nous parle de ces « nouvelles femmes » japonaises. Elles réagiraient en partie en opposition à ces hommes-herbivores, qu’elles voient comme des enfants. C’est compliqué d’être un homme au Japon, quand même…Parce qu’elles, des enfants, elles n’en veulent pas. Elles veulent un mec, un vrai,  mais quand elles veulent, et qui les laisse libre de faire ce qu’elles ont envie de faire.

Japonaise
Le Monde

Certes. Mais alors, ça n’arrange pas du tout le problème de la natalité au Japon, catastrophique, comme on le sait; ni celui de l’économie du pays, qui pâtit de cette sérieuse baisse de la consommation.

Compliquée, cette histoire…D’autant plus que les médias français en rajoutent dans la caricature et semblent bien fiers de montrer que, nous, en France, on a encore de « vrais gaillards ». Mais la décroissance, le métrosexualisme, le retour aux valeurs familiales sont des phénomènes qui nous touchent aussi. On finira peut-être nous aussi par trouver des faux-cils pour mecs dans les rayons des supermarchés…!!

Pour finir, un petit test de l’été au cas où vous auriez des doutes, messieurs:

Test: herbivore ou carnivore?

Le test inventé par les médias nippons pour voir si vous êtes un herbivore; dès la première case cochée, vous êtes cuits…

☐ Ne pas s’intéresser aux sports de combat

☐ Commencer avec du thé oolong quand on sort avec les collègues ou des amis et non avec de l’alcool

☐ Parler à vos amis de vos histoires de coeur

☐ Ne pas détester lire les mangas pour les filles

☐ Ne pas aimer les aventures d’une soir

☐ Suivre la presse en ligne de façon quotidienne

☐ Garder en réserve des friandises au travail

☐ Contacter ses parents plus d’une fois par semaine

Publicités