Bon, ce n’est pas parce qu’on est partis du Sri Lanka que j’oublie l’ayurveda. Donc, c’est reparti, éteignons le feu des Pittâ.

Pour savoir de quel dosha vous êtes, c’est toujours par là. Pittâ? alors, cf les deux premiers articles pour équilibrer tout ça, c’est là et aussi là.

Rappel: je pratique l’acupuncture mais je ne suis pas praticienne ayurvédique. Rien ne remplace la consultation avec un professionnel.
Dans la plupart des livres que j’ai parcourus sur le sujet, l’alimentation était le meilleur moyen reconnu pour apaiser le dosha Pittâ. Mais il semblerait que la majorité des recommandations soient des évictions…C’est déjà ça, bien sûr.

On évite donc:

– Une alimentation trop épicée, trop chaude, trop acide, trop salée

– L’alcool

– La cigarette (si on considère qu’elle rentre dans le « régime alimentaire » des fumeurs!!)

– Manger trop rapidement

– Sauter des repas.

Cuisine ayurvédique
Infonaturel

Pour aller plus loin, on peut appliquer le principe de l’utilisation thérapeutique des saveurs en ayurveda et en MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise):

– Pitta est augmenté par l’acide, puis le piquant et le salé.

– Pittâ est apaisé par l‘amer, puis l’astringent et le sucré.

Liste d’aliments pour Pittâ:

Favoriser: riz blanc, avoine, blé, orge

Eviter: riz complet, millet, maïs, seigle

Laitue
Flickr

Favoriser: pois chiches, tofu, soja jaune, asperges, choux, choux de bruxelles, brocolis, chou-fleur, céleris, haricots verts, concombres, courgettes, légumes verts à feuilles, laitue, petits pois, champignons, pommes de terre, poivrons doux, patates douces

Eviter: betteraves, carottes, radis, aubergines, tomates, épinards

Figues, raisins et cie

Favoriser: fruits mûrs et sucrés: ananas, pommes, poires, cerises, prunes, pruneaux, figues, melons, mangues, avocats, noix de coco, raisins, raisins secs

Eviter: fruits acides, pas assez mûrs, bananes, pamplemousses, baies, pêches, papayes, abricots

 

Favoriser: poulet, dinde, crevette, blanc d’oeuf

Eviter: viande rouge, fruits de mer, jaune d’oeuf

 

Favoriser: beurre, beurre clarifié et huile (olive, soja, tournesol) en petite quantité, glace au lait

Eviter: huile (amande, sésame, carthame, maïs), lait fermenté, fromage (raaaaaaah), yaourt, crème aigre

 

Favoriser:  produits au sucre de canne

Eviter: miel, mélasse

Cannelle

Favoriser: cardamome, cannelle (hahaaa!), coriandre, aneth, safran, curcuma, fenouil.

Eviter: oignon, ail,moutarde, épices et piments forts, cornichons, sel, vinaigre.

 

Le tout, évidemment, à modérer: il ne s’agit pas pour les Pittâ de rayer de son régime tous les aliments incriminés ou de ne se nourrir que de dinde, de figues et de brocolis! L’intérêt est de pouvoir adapter son alimentation dans le temps…et d’équilibrer les excès de chaleur et d’acidité par des aliments apaisants dans la semaine, dans la journée, dans le même repas. Avoir ces notions permet de ne surtout pas se restreindre ni se frustrer mais de compenser pour équilibrer l’ensemble. Ex: prendre une glace au lait après une pizza 4 fromages me paraît parfait!! (hum, c’est vrai sur le plan des saveurs énergétiques, ça l’est moins sur le plan diététique…)
Il n’est pas question de supprimer une saveur ou une autre, cela ne ferait que créer un autre déséquilibre. Nous avons tous besoin de toutes les saveurs en équilibre. Quand il existe un trouble, un symptôme, une ou deux saveurs sont en excès (et donc une ou deux sont en défaut). Et si nous reconnaissons que nous traversons une période avec Pittâ en excès (accès de colère, pores dilatés, brûlures d’estomac,…), nous pouvons porter notre attention sur notre régime alimentaire pour équilibrer l’excès de feu à l’aide des saveurs. Pas mal, non? Bien sûr, la clé réside dans la régularité et la constance.

Publicités