JCVD, tu n’es plus seul, il y a nous, maintenant. J’ai honte. Je me rends compte ces derniers temps que, comme pour ce cher Jean-Claude, les anglicismes font maintenant partie intégrante de notre langage. On se dit qu’en rentrant:

– on mangera plus jamais de « noudeulz » ni de « frailled raice », pas trop de « skouid » non plus; par contre on veut bien encore des « laubsteurs » et leurs copines les « prauns ». Le tout avec des « tchopsticks », « of course ».

– on vous racontera qu’ on adore les « ouaterfolls » et les « caves », mais qu’on en a un peu ras la casquette des « tempeul » et des « shraine ».

– on se souviendra de ces « hostels » qu’on « boukait » sur notre « laptop ».

L’un des avantages de ce voyage, c’est que j’ai grandement enrichi mon vocabulaire anglais. J’ai appris des tas de nouveaux mots complètement inédits; pas certaine de pouvoir les placer dans la conversation plus tard, mais enfin, c’est toujours bon à prendre.

– « Straw« : un paille. Oui, c’est un mot très utile, mesdames, messieurs, lorsque vous voulez éviter d’attraper la leptospirose en buvant une canette. C’est un peu exagéré, comme vous pouvez le lire , mais voir d’ou sortent ces canettes, la plupart du temps, ça ne donne pas envie d’y mettre sa bouche.

Du coup, bien évidemment, la sécurité l’emporte sur l’écologie. Sauf quand on tombe sur des pailles en bambou réutilisables, comme à Bali ou au Laos! Alors oui, c’est du bambou, c’est mal quand même…mais c’est toujours mieux que du plastique! En plus, ça donne un petit gout de bambou à ton « Spraite ».

« Strawz » en bambou de Luang Prabang

 

« Cockroach » = cafard

Oui, ben celui-là, j’aurais préféré ne pas le savoir! C’est vraiment l’insecte le plus dégueulasse que je connaisse. Je supporte tout le reste: araignées, fourmis, serpents, vers, mille-pattes, même les rats, mais les cafards, yerk, y’a pas moyen. Je n’en ai pas peur, nan, chui une grande fille keu même, mais je n’en-veux-pas-dans-ma-salle-de-bains. Le problème, c’est que les écraser, c’est encore pire, ça gicle, je vous raconte pas le carnage. Et les arroser ou chercher à les noyer avec la douche ou dans les toilettes, déjà essayé, jamais réussi. si quelqu’un a une « solucheun », « caul mie pliz ».

« Cockroooooach »

« Delicacies » = gourmandises

Alors, je sais, celui-là il est connu, mais comme il n’est jamais trop tard pour apprendre, voilà, c’est fait. Et des « delicaciz », on en a mangé de toutes sortes; m’enfin, parfois, le terme est un peu exagéré…Citons les fameux « balut » philippins (embryons de canard de deux semaines!), les pieds de poulet coréens, les concombres de mer ou les durians et autres « mangosteens » que l’on a vus et surtout sentis partout. Les gouts et les couleurs…

« Fèmousse delicacy fraume » Philippines

Finalement, le plus flippant, c’est que souvent, spontanément, c’est le mot anglais qui vient directement de mon cerveau. Et même parfois, je suis incapable de retrouver le mot français pour exprimer ce que je veux! Aaaah, moi qui me moquait de Van Damme, Lambert et cie, me voilà contaminée!! Alors ne soyez surtout pas indulgents au retour, moquez-vous ouvertement, que cette sale manie nous passe très vite.

« Pliz ».

Publicités