Revenus au Japon sur un malentendu (oui, j’aime ma vie), le contraste du métro coréen avec le japonais est troublant. Y’a pas à dire, les coréens sont complètement branchés sur leurs smartphones!! Je me suis dit qu’il devait exister une addiction au smartphone; j’ai cherché, j’ai trouvé.

Addiction au smartphone

La traduction de l’auto-diagnostic pour savoir si tu es addict au smartphone, le voili voilou:

– Je me sens nerveux et anxieux sans mon smartphone

– Je me fais gronder parce que j’utilise trop mon smartphone

– Je trouve les smartphones plus amusant que ma famille ou mes amis (!!!)

– J’essaie de réduire le temps que je passe sur mon smartphone, mais je n’y arrive pas

– Quand je n’ai pas mon smartphone, j’ai l’impression que le monde s’écroule

– Je ne pourrais pas supporter de vivre sans mon smartphone

– Il arrive que mon smartphone m’empêche de travailler ou d’étudier

– A cause de mon usage intensif de smartphone, mes performances a travail ou à l’école ont diminué.

Certes, mais je ne sais quelle est leur définition du « smartphone addict » dans ces sondages et à partir de quel stade de l’auto-questionnaire doit-on se considérer comme « atteint »?? Alors j’ai continué à chercher, du côté du « Korea Internet Addiction Center, qui semble recevoir de plus en plus de patients atteints d’addiction spécifiquement tournée vers le smartphone.

« I get about 40 phone calls or visits a day, and there’s been a notable increase in smartphone and SNS [social networking services]-related cases », said Lee Seung hee, a consultant at the center.
Han Cinema

Les chercheurs de ce centre dédié à l’addiction à internet paraissent assez déroutés et mal à l’aise face à cette nouvelle addiction.L’usage des smartphones en Corée du Sud daterait d’environ 2010, année au cours de laquelle sont apparus de nombreux forfaits internet illimités sur les smartphones…pourquoi se priver, donc?

Mais c’est une continuité de la déjà célèbre addiction à internet en Corée du Sud. Premier pays à avoir organiser un symposium sur le sujet, premier pays en terme de téléchargements, premier pays à avoir créer le championnat du monde jeux vidéos…bref, les coréens connaissent déjà bien le problème. Alors, avec le smartphone, encore plus facile de devenir addict. Notamment pour les jeunes: comment un parent peut-il controler le temps que son enfant passe sur son smartphone? Le « contrôle parental » est beaucoup plus difficile dans ce cas.

Addiction aux réseaux sociaux

L’analyse des chercheurs est intéressante: contrairement à l’addiction à internet qui représentait plutôt la recherche d’une autre réalité, celle des smartphones correspond pour beaucoup (77% dans le sondage ci-dessus) à une addiction aux réseaux sociaux. Là, on apprend rien: il existe chez ces personnes une attente compulsive d’un retour sur ce qu’ils ont posté. Il est dit aussi que les relations virtuelles avec ses « amis » de réseaux sociaux sont très idéalisées et que la plupart des commentaires et retours en question sont des compliments; ce qui entretient la spirale et continue perpétuellement à flatter l’égo. C’est sur qu’on commente rarement « Trop moche ta coupe de cheveux! » ou « Ouais, ça a l’air pourri, tes vacances! »

Les personnes fragiles ayant peu de contact avec le « vrai monde réel » seraient les plus touchées par cette addiction.

Le « Korea Internet Addiction Center » recommande donc quelques solutions pour se sortir de là:

– supprimer les applications inutiles ou non utilisées

– s’obliger (sic) à avoir au moins une relation « en face à face » avec un être humain une fois par jour (ça sous-entend que certains ne le font pas??)

– se faire aider de professionnels.

 

Et en effet, le centre en question a trouvé d’autres solutions plus…radicales?

– le Boot Camp: envoie ton gamin en camp de redressement pour qu’ il « sache ce qu’est la vie sans internet » dixit un éducateur du camp en question; ici, un article du New York Times de 2007 à ce sujet.

Boot Camp

– L’animal de compagnie: pour apprendre à interagir avec de vrais êtres vivants (sic), le « Korea internet Addiction Center » a mis en place un programme dans lequel ils donnent un chat ou un chien (ils précisent qu’ils peuvent aussi donner un lapin ou un hamster, ainsi que 200 000 won pour les vaccinations et la nourriture!!) à ses patients…Un article de Korea Times là-dessus.

Le chien vaut mieux que ton smartphone, fillette

 

Bien, bien…sinon, lire, méditer, au moins, ça n’entretient pas l’égo.

 

 

Pour aller plus loin:

L’hygiène du smartphone…un autre sujet intéressant…

Net addiction center

Korea Internet addiction Center 

– Un article de Huffington Post de 2010

 

 

 

Publicités