Petite digression dans la série Vata, Pitta, Kapha, mais ces Bishnoïs m’intriguaient trop. J’en ai entendu parler pour la première fois dans cette sympathique auberge de Kandy grâce à Delphine (qui se la coule douce aux Maldives, la veinarde).

Qui sont les Bishnoïs? Ce sont environ 700 000 personnes vivant en Inde, surtout au Rajasthan, qui appartiennent à une communauté hindoue vishnouïte. C’est-à-dire qu’ils pratiquent l’hindouisme, 3ème religion mondiale, en vénérant particulièrement Vishnu. Dans l’hindouisme, la trinité est représentée par:

– Brahma, le dieu créateur

-Vishnu, le dieu protecteur

Shiva, le dieu destructeur.

Vishnu
Wikipedia

Mais la particularité des Bishnoïs, c’est qu’ils suivent 29 principes; d’où leur nom: bish signifie « vingt » et noï, « neuf » en rajasthani. Ils sont strictement végétariens et, plus largement, respectent strictement toute forme de vie (non-violence, ahimsâ), animale ou végétale. De vrais écolos avant l’heure. Sauf que ça va très loin.

Wikipedia nous donne gentillement la liste des 29 principes, je vous laisse l’apprécier:

1° Observer une mise à l’écart de la mère et du nouveau-né pendant trente jours après l’accouchement (pour éviter des infections et à cause de l’éventuelle fatigue de la mère).

2° Ecarter la femme de toute activité pendant 5 jours lors du début de ses règles (pour ne pas la fatiguer et respecter une certaine hygiène).

3° Chaque matin prendre un bain (dans la tradition indienne, le jour et la date ne changent pas à minuit, mais au lever du soleil).

4° Maintenir la propreté externe du corps et interne de l’esprit (par un comportement et des sentiments humbles, sans animosité, par la santoshi (« satisfaction » de ce que l’on a), etc.)

5° Prier deux fois par jour (en matinée et en soirée ; en récitant le mantra « Aum Vishnou » par exemple)

6° Chanter l’ arti (hymne au Seigneur) chaque soirée.

7° Offrir l’oblation quotidienne au feu saint (havan) avec un cœur rempli de sentiments de bien-être pour tout être vivant, d’amour pour Mère Nature et le monde entier et de dévotion au Seigneur.

8° Employer l’eau filtrée, le lait et le bois de chauffage soigneusement nettoyé (pour éviter que des insectes soient tués ou brûlés).

9° Être attentif et conscient de ses paroles.

10° Pratiquer le pardon avec cœur.

11° Être compatissant par le cœur.

12° Ne pas voler.

13° Ne pas dénigrer, déprécier derrière le dos, quelqu’un.

14° Ne pas mentir.

15° Ne jamais se livrer aux inutiles et excessives discussions, débats, disputes, controverses.

16° Jeûner lors de la nouvelle lune (amavas).

17° Réciter les noms saints de Vishnou avec adoration (pratique du Bhakti Yoga, afin d’éliminer les ajar).

18° Être compatissant envers tous les êtres vivants (dayā bhūteṣu).

19° Ne pas détruire les arbres verts (c’est-à-dire non morts).

20° Brûler les ajar (passions de convoitises, d’irritation, d’envie, d’avarice et d’attachement).

21° Cuisiner soi-même, et ne pas accepter la nourriture cuisinée, conservée, dans des conditions impures (cuisinée avec de la viande par exemple).

22° Fournir un abri commun (That) aux animaux abandonnés (afin qu’ils finissent leur vie dignement et aussi pour leur éviter la détresse, l’abattoir).

23° Ne pas castrer les taureaux.

24° Ne pas consommer ni vendre de l’opium.

25° Ne pas consommer du tabac et ses dérivés.

26° Ne pas consommer ni vendre du cannabis.

27° Ne pas boire ni vendre de boisson alcoolisée.

28° Ne pas manger de viande ou d’autres aliments non-végétariens (afin d’épargner, sauver les animaux innocents et parce que tuer pour le plaisir est un péché : c’est le « végétarisme indien », excluant la zoophagie (viande bovine, de poissons, etc.) et la consommation d’œufs : manger de la viande est considéré comme le « premier des terrorismes »).

29° Ne pas utiliser de vêtements teints avec la couleur bleue issue des végétaux (en Inde antique, cette couleur était obtenue grâce à un arbre sauvage, l’indigo, et c’est aussi la couleur symbolique de la mort et du tamas, – l’inconscient).

Bishnoï et gazelles
Le blog Life and Heart

Bon, alors, y’a pleins de choses qu’on retrouve dans beaucoup de religions, je pense, même si je ne suis pas une spécialiste. Mais ce qui est étonnant, ce sont tous ces principes ultra-végétariens et dans le respect le plus strict de la vie, en général. Cette rigueur entraîne des conséquences surprenantes:

– ce sont une des deux communautés (avec les sadhus vishnouïtes, si vous voulez tout savoir) hindoues à ne pas faire de crémation funéraire: cela oblige à abattre des arbres…donc, ils sont enterrés. Auparavant, ils laissaient même les corps « à l’air », ce qui faisaient bien plaisir aux charognards.

– ils ne mangent pas la nuit, de peur d’avaler par mégarde des insectes.

– ils mangent des fruits et des légumes cueillis, mais n’arrachent jamais de plantes, de racines, pour ne pas tuer de végétal.

– il arrive souvent encore de nos jours que les femmes bishnoïes allaitent les faons orphelins chinkara (gazelle indienne, gazella benetii), animal particulièrement vénéré par la communauté. Le guru des Bishnoïs leur aurait dit qu’il se réincarnerait indéfiniment en chinkara après sa mort.

Bishnoïe allaitant un faon
jjpvoyages

Intéressant. Au-delà de ça, les Bishnoïs croient en l’être humain, et ça, ça mérite de l’écrire:

Les Bishnoï considèrent que la pureté du corps et de l’âme s’obtient par les actes et les pensées, offrant ainsi un terrain d’expression ouvert à tous, quelle que soit sa religion ou sa caste – chose impensable en Inde. Article de Françoise Angrand

Depuis cinq siècles, rien n’a changé chez les Bishnoïs. Les villages bishnoïs forment autant de havres de paix. Le tableau qu’ils offrent laisse perplexe : entre paradis sur terre et vie tribale, on se prend à rêver d’un monde parfait, « où le lion vient boire avec l’agneau », où hommes, animaux, végétaux, vivent ensemble. Un monde où règne entre hommes et femmes respect et tendresse, où l’on n’entend que peu de bruit, dans un silence adorant tout ce qui vit.
Pourtant, les années de sécheresse ont mis en grand danger de survie ces tribus. Elles sont obligées de recourir aux ONG depuis quelques années.

Bishnois village near Jodhpur

Bishnois village near Jodhpur (Photo credit: zz77)

Ici, un joli reportage photo sur les Bishnoïs.